Les pièges à éviter avant d'acheter un terrain à bâtir

Vous êtes à la recherche d’un terrain à bâtir ? Avez-vous pris en compte ces 10 points qui vous aideront à être sûr de l’acquisition de votre parcelle ? Evitez les pièges…

 

1 – Les réglementations d’urbanisme

Assurez-vous que votre terrain est bien constructible auprès du service d’urbanisme de votre mairie. Avec le plan local d’urbanisme vous saurez s’il est possible de bâtir une maison, de quelle surface, avec quels matériaux, le nombre d’étages…

Pensez aussi à consulter le cadastre pour vous assurer des limites de propriété de votre terrain. Cela vous permettra de savoir si le terrain possède ou non des servitudes privées (droit de passage, accès à la voie publique…). Il peut également être concerné par des servitudes d’utilité publique, comme des projets de voiries ou de transports en commun.

 

A lire aussi :  Terrains enclavés et droit de passage : qu'est-ce que c'est ?

 

2- Les risques technologiques et naturels

Votre terrain peut être exposé à des risques technologiques tels que la pollution du sol, la toxicité d’une usine à proximité. Ou encore des risques naturels comme les inondations, les tremblements de terre, les avalanches…

Regardez le site du ministère de l’écologie (http://www.georisques.gouv.fr/)  en cherchant votre commune, vous pourrez connaître les différents risques auxquels s’expose votre terrain.

 

3- La surface, l’orientation, l’inclinaison et la nature du terrain

L’état physique du terrain est très important ! La surface et l’orientation de la parcelle vont définir la superficie et l’exposition de vos futures pièces à vivre. Il  faudra penser où placer vos extérieurs : côté jardin ou côté rue ?

La réalisation des fondations à aussi son importance, il faut prendre en compte la pente du terrain et sa nature géologique. Si l’inclinaison est trop importante ou le sol trop difficile (argile, calcaire…) vous devrez construire votre maison sur des fondations spéciales. C’est un point important car vous devrez prévoir un budget plus  élevé. Afin de le prévoir en amont, soyez vigilant lors de la visite du terrain. Vous pouvez également faire réaliser une étude de sol, afin de connaître le type de fondations à employer.

 

A lire aussi : Qu’est ce que l’étude de terrain ?

 

4- Les nuisances : bruits, odeurs, ondes, pollution…

Ce ne sont pas forcément des choses perceptibles lors de la première visite de terrain, pourtant certaines nuisances peuvent apparaître selon les moments de la journée ou de la semaine. Comme par exemple :

  • Le bruit d’une route passante
  • Une voie ferrée
  • Une usine
  • Des voisins indésirables
  • Des odeurs provenant d’une station d’épuration, d’une ferme…
  • Nuisances sonores dues aux antennes téléphoniques
  • Produits/déchets déversés par des exploitations agricoles

 

5- Les distances

Il faut prendre en compte les distances qui vous sépareront entre votre futur domicile et les lieux que vous fréquentez (lieu de travail, écoles, services médicaux, commerces…). Essayez de faire le trajet dans les conditions réelles aux heures de pointe, cela vous assurera une viabilité de votre projet sur tel ou tel terrain.

 

6- Le vis-à-vis

Autre élément à prendre compte : la distance entre vous et vos futurs voisins. Cela peut vous gêner d’avoir votre pièce de vie ou votre terrasse à la vue des voisins. Pensez à bien imaginer l’implantation de votre maison sur votre terrain en fonction des constructions existantes.

 

7- La viabilisation

Votre parcelle doit être viabilisable d’un point de vue technique. Autrement dit, elle doit avoir accès à l’eau, l’électricité, le gaz, la ligne téléphonique… Un terrain non viabilisé va entraîner des travaux de raccordement qui peuvent être conséquents, si le terrain est trop éloigné des réseaux en question. N’hésitez pas à faire des devis pour avoir une vision claire du budget de la viabilisation.

 

8- Les aménagements à prévoir

Il est possible que votre terrain ne soit pas constructible sans travaux d’aménagements. Il peut s’agir d’une mare à reboucher, des arbres à déraciner, des pierres à dégager… Ces aménagements peuvent augmenter votre budget pour la construction. Afin d’être conscient du surcoût engendré, encore une fois, n’hésitez pas à faire un devis par des professionnels. Cela vous permettra de définir si l’achat est envisageable ou non.

 

9- Le prix du marché

Pensez avant de faire une proposition sur le premier terrain que vous allez convoiter, d’étudier les prix du marché. Regardez la valeur des terrains dans le secteur que vous recherchez.

 

10- Les impôts et taxes

Pour finir vous devrez vous renseigner sur vos futurs impôts fonciers : la taxe foncière et la taxe d’habitation. Selon la commune et le terrain, le montant peut varier, et vous aider à faire un choix.

Concernant les autres taxes liées à la construction, vous devrez prévoir quelques milliers d’euros pour financer la taxe d’aménagement, la taxe pour le conseil en architecture, urbanisme et environnement et la taxe départementale des espaces naturels sensibles. Si vous souhaitez réaliser une estimation de leur coût, contactez votre mairie ou le trésor public de votre région.

 

Pour aller plus loin :

Retour aux actualités

Demander des renseignements