AirBnB : tout ce qu'il faut savoir si vous louez votre logement

Vous avez envie de louer votre logement sur Airbnb ? La plateforme prend beaucoup d’ampleur ces dernières années et est de plus en plus encadrée. Ne passez pas à côté de ces points importants.

Quelques contraintes

Depuis juillet 2016, Airbnb à l’obligation d’envoyer à ses utilisateurs un récapitulatif annuel des revenus qu’ils ont générés au cours de l’année. Etant donné que les recettes issues de la location des résidences principales ou secondaires n’échappent pas à l’impôt sur le revenu.

De plus, s’il s’agit d’une résidence secondaire, l’hôte doit souscrire une déclaration de meublé de tourisme en mairie. Or, dans certaines villes, comme à Paris, une autorisation préalable est nécessaire avant d'être en mesure de modifier l'usage de son logement en meublé de tourisme. Et dans la capitale, cet accord est assorti d'une compensation financière à acquitter par le demandeur.

BON A SAVOIR

Des astuces vous permettent de maximiser les recettes générées par la location saisonnière de votre bien sur Airbnb. Par exemple, selon Airbnb, équiper votre logement d’un sèche-cheveux vous rapportera 8.80 de plus par nuitée.

Voici une liste de points à connaître avant de louer son logement sur Airbnb :

 

Les locataires ont besoin de l’accord de leur propriétaire.

Lorsque le logement que vous offrez à la location saisonnière constitue votre résidence principale soit lorsque vous le louez maximum quatre mois dans l'année, vous n'avez aucune démarche particulière à effectuer pour vous mettre en règle. Sauf si vous en êtes locataire. Dans ce cas, il vous faut obtenir l'accord de votre propriétaire pour sous-louer le bien sur Airbnb.

 

Les nuitées sont limitées en France

À compter du 1er janvier 2020, dans les villes répertoriées ci-dessous, les résidences principales ne pourront être entièrement louées que pour un maximum de 120 nuits par année civile (du 1er janvier au 31 décembre).

  • Aix-en-Provence
  • Annecy
  • Arles
  • Batz-sur-Mer
  • Bordeaux
  • Boulogne-Billancourt
  • Courbevoie
  • Créteil
  • Frontignan
  • Issy-les-Moulineaux
  • La Baule
  • La Rochelle
  • Levallois-Perret
  • Lille
  • Lyon
  • Martigues
  • Menton
  • Meudon
  • Nantes
  • Neuilly-sur-Seine
  • Nice
  • Nîmes
  • Paris
  • Roquebrune-Cap-Martin
  • Rueil-Malmaison
  • Saint-Cannat
  • Saint-Cyr-sur-Mer
  • Saint-Malo
  • Saint-Paul de Vence
  • Sète
  • Strasbourg
  • Toulouse
  • Villeneuve-Loubet
  • Versailles

Cette mesure s'applique à toutes les annonces de résidences principales entièrement louées dans les villes mentionnées ci-dessus. Elle ne concerne pas les annonces proposant de louer des chambres privées, des résidences secondaires ou des logements non résidentiels.

 

Airbnb propose à ses hôtes de faire appel à un photographe professionnel pour réaliser des clichés du logement

Directement sur le site vous pouvez prendre rendez-vous avec un photographe professionnel. Il viendra chez vous réaliser des clichés des pièces de façon à les mettre en valeur. Airbnb déduira directement sur vos prochaines réservations le montant de cette séance.

 

Les équipements que vous proposez permettent d’augmenter vos revenus

Les logements proposés à la location équipés du wifi, par exemple, gagnent 7 de plus par nuitée. L’accès aux chaînes payantes rapportent 14€ supplémentaires par nuitée. La palme revient au jacuzzi qui permet d’ajouter 23 euros de plus par nuitée, contrairement à un logement sans.

 

Si le bien loué est une résidence secondaire, vous devez en changer l’usage

Lorsque vous décidez de louer votre résidence secondaire, dans 98% des cas, vous n'avez aucune démarche particulière à effectuer, ou juste à envoyer une lettre à la mairie de la commune dans laquelle le bien se situe pour l'informer de votre projet.

Mais à Paris, notamment, louer un logement plus de quatre mois par an c'est la définition d'une résidence secondaire. Cela suppose de changer l'usage du local d'habitation en local commercial, ce qui est subordonné à une autorisation préalable de la mairie. Une compensation financière, de l'ordre de 1 000 euros du mètre carré, est à acquitter par le demandeur du changement d'usage. Plus l'arrondissement est central, plus la compensation est élevée.

 

Tout type de logements peut être mis en location

Vous pouvez mettre en location une péniche sur la seine, une cabane au fond d’un jardin, une pièce avec un matelas gonflable…

 

Les revenus générés grâce à la plateforme doivent être déclarés

Les revenus qu'un contribuable tire de la location, que celle-ci soit saisonnière ou non, de sa résidence principale ou secondaire ne sont pas exonérés d'impôts. Ils doivent donc être déclarés.

 

Vous avez le droit de filmer les voyageurs chez vous

La présence de caméras de sécurité ou de dispositifs de surveillance assimilés est autorisée dans les logements mis à la location sur la plateforme Airbnb. Cependant pensez à prévenir vos voyageurs.

 

Vous ne pouvez pas louer votre HLM

En effet, les locataires de logements relevant de la catégorie des Habitations à Loyer Modéré (HLM) ont interdiction de sous-louer leur résidence principale.

 

La copropriété peut vous interdire de soumette votre logement à la location

Le règlement intérieur de la copropriété peut contenir une clause d’habitation bourgeoise exclusive interdisant l’exercice de toute activité professionnelle. Airbnb conseille donc à ses hôtes de consulter leur syndic de copropriété ou leur association de propriétaires pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'interdiction à la location ou toute autre restriction pour devenir hôte.

 

Vous pouvez refuser l’accès aux animaux et aux enfants dans votre logement

Si vous considérez que votre logement n’est pas adapté en termes de sécurité aux enfants ou aux animaux, vous pouvez refuser de les accueillir chez vous.

 

Pour en savoir plus :

Retour aux actualités

Demander des renseignements