Achat d’un logement neuf : quels sont les frais à prévoir ensuite ?

04/05/2017

Vous venez d’acheter un bien immobilier ? En tant que propriétaire, les charges qui suivent votre acquisition diffèrent de celles pour les locataires. Charges de copropriété, taxe foncière, taxe d’habitation : retrouvez un récapitulatif des frais à prévoir suite à l’achat d’un logement neuf.

Achat d’un logement neuf : quels sont les frais à prévoir ensuite ?

Charges de copropriété : comment ça marche ?  

Parmi les frais à prévoir après l’achat de votre logement neuf, vous devrez peut-être vous acquitter, en tant que propriétaire, de charges dites de copropriété. Le plus souvent celles-ci concernent les logements collectifs et sont versées au syndic de votre résidence. Ces charges sont votées en assemblée par les propriétaires. 

À quoi servent les charges de copropriété ?

Les charges de copropriétés permettent au collectif de financer l’entretien des parties et équipements communs et garantir la gestion de l’immeuble. 

Quelle est la nature des charges à prévoir ?

Plusieurs types de charges entrent dans le cadre des frais à prévoir :

  • Charges générales : charges liées au financement administratif (honoraires du syndic, frais de réunion des assemblées, assurance de la copropriété, etc.) ; charges liées à l’entretien de l’immeuble (nettoyage des parties communes, entretien des ascenseurs, entretien des espaces verts, frais de nettoyage et d’éclairage de la copropriété, etc.) ;

  • Charges spécifiques : charges liées aux frais engendrés par des équipements et services tels que l’antenne télévision, l’introduction de la fibre, le chauffage central, les interphones et digicodes, frais de vide-ordures. 

Quelle est la répartition des charges ?

Le calcul de la répartition des charges est défini dans le règlement de copropriété. Chaque propriétaire se doit de participer aux frais généraux. Ceux-ci, relatifs aux services collectifs, sont répartis entre les propriétaires en fonction de leur quote-part (tantièmes de copropriété). La quote-part tient compte de la superficie du lot, de sa situation (étage, rez-de-chaussée, exposition…) et de son type d’aménagement (confort …).

Le paiement de ces charges est souvent réalisé sous forme de provision mensuelle ou trimestrielle. Celles-ci sont régularisées en fin d’exercice, donnant ainsi lieu soit à un remboursement d’une partie des provisions, soit à un versement complémentaire de votre part. Les charges spéciales sont réparties en fonction de l’utilité et du service rendu par les équipements pour chaque lot. Par exemple, si un ascenseur est installé dans un bâtiment, les personnes étant au rez-de-chaussée ne participeront pas à son financement, car ils n’utiliseront pas ce service. Son paiement est réalisé en fonction des modalités fixées par votre syndic. 

Quel est l’intérêt d’acheter un logement neuf ?

L’intérêt d’acheter un appartement neuf, en plus des garanties et assurances à l’achat, est que vous n’aurez pas de frais dûs à d’éventuelles rénovations des parties collectives pendant plusieurs années. De plus, les services liés aux nouvelles technologies (fibre optique, digicode…) sont, pour la plupart, déjà installés lors de votre entrée. C’est donc un détail non négligeable à prendre en compte lors de votre choix d’achat immobilier neuf ou d’occasion. 

> À lire aussi : Premier achat immobilier neuf : les questions à se poser 

La taxe foncière : qu’est-ce que c’est ? 

Autres frais à prévoir après l’achat d’un logement neuf : la taxe foncière, un impôt uniquement à destination des propriétaires de biens immobiliers. Celle-ci est due par la personne propriétaire du logement au 1er janvier de l’année. Aucune déclaration n’est nécessaire de votre part, celle-ci vous est automatiquement envoyée par votre commune à la fin de l’été. 

Comment se calcule la taxe foncière ? 

La base d’imposition est équivalente à la moitié de la valeur locative cadastrale pour les propriétés bâties (loyer annuel potentiel du logement), qui est actualisée chaque année par la collectivité territoriale. Celle-ci est ensuite multipliée par le taux d’impôt défini par la collectivité territoriale. 

Taxe foncière : quelles sont les exonérations possibles ?

Afin de réduire les frais à prévoir après l’achat de votre logement neuf, il existe divers cas d’exonération, de dégrèvement ou de réduction de taxe foncière possible. Pour faire une demande d’exonération de charges, il existe un formulaire à remplir : H1 (pour les maisons), et H2 (pour les appartements) 90 jours avant la date d’achèvement.  L’exonération des charges dure, en principe, deux ans. Les personnes concernées peuvent être les propriétaires de plus de 75 ans et les titulaires de l’allocation supplémentaire du fonds national de sécurité. 

Taxe d’habitation : comment ça marche ? 

La taxe d’habitation est fixée par la commune sur laquelle se situe votre bien immobilier. Celle-ci est due dès lors que vous habitez ou possédez un logement au 1er janvier de l’année en cours. Cette taxe peut donc être acquittée par le propriétaire ou par un locataire (si vous avez loué votre logement au 1er janvier). Il faut savoir que cette taxe est à prévoir même dans le cas d’une location. La taxe d’habitation est calculée d’après la valeur locative cadastrale. Pour une résidence principale cette valeur locative est toujours diminuée de divers abattements. Une fois cette valeur obtenue, elle est multipliée par le taux d’imposition fixé par votre collectivité territoriale. 

> À lire aussi : Etes-vous éligible à l’exonération de la taxe d'habitation ? 

Pour aller plus loin : 

Retour à la liste

Demander des renseignements